Édito du Père Hermann – 31ème dimanche du temps ordinaire

         

31ème dimanche du temps ordinaire / Année C
(Sg 11, 22 à 12, 2 / Ps 144 / 2 Th 1, 11 à 2,2 / Lc 19, 1-10)

Nul n’est perdu pour Dieu

          Une simple et belle rencontre est susceptible de bouleverser agréablement une vie entière. C’est le cas de Zachée que nous relate l’Evangile de ce dimanche.

          Zachée fut animé d’un ardent désir de voir Jésus. Dans l’anonymat et sans aucune considération de son rang social, il courut et grimpa sur un sycomore pour atteindre son but. Merveilleusement, Jésus s’arrêta à l’endroit où attendait Zachée. Il posa sur lui son regard d’amour et l’appela par son nom.

          L’homme pécheur, détesté et considéré comme impur à cause de sa profession, se voit accueilli par le Christ qui s’invite chez lui, dans sa maison. Au vu de cette scène, des murmures s’élèvent et supposent que Jésus ferait mieux d’aller loger chez un juste ou un pur plutôt que chez un pécheur.

          Zachée fait fi des jugements des autres et ouvre largement les portes de sa maison à celui qui vient changer sa vie par son amour inconditionnel. Il décide joyeusement de partager la moitié de ses biens aux pauvres et de restituer au quadruple ce qu’il a volé. N’est-ce pas là des signes visibles d’une conversion ?

          Jésus n’a pas cautionné le péché de Zachée mais lui a offert la grâce pour changer de vie. Dieu ne demande pas que nous soyons parfaits avant de nous aimer. Il nous relève patiemment lorsque nous tombons. Qu’il nous renouvelle par sa miséricorde !

                                                                                                         P. Hermann BOKOVI